Le bois d’agar : arnaque ou nouvelle martingale ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partagez sur linkedin
Partagez sur pinterest
Arbres d'agar
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partagez sur linkedin
Partagez sur pinterest

Actuellement, de nombreuses propositions d’investissements portant sur le bois d’agar sont visibles en ligne. Ces offres sont présentées comme sûrs et promettent des taux de rendement élevés. Mais que valent-elles réellement ? S’agit-il d’un contrat fiable et lucratif ou d’une arnaque dont il faut se méfier ?

Qu’est-ce que le bois d’agar ?

Le bois d’agar ou « agarwood » est un bois résineux utilisé pour fabriquer de l’encens et du parfum. La qualité de son arôme varie en fonction des espèces botaniques, des parties utilisées, de l’âge de la plante, mais aussi des procédés de collecte et de transformation. Lorsque la culture donne du bois d’agar de première qualité, le prix du kilo peut dépasser les 50 000 dollars. Le bois d’agar est également la matière première utilisée pour la fabrication d’huile d’Oud, un produit très utilisé dans les parfums et la médecine chinoise.

Comment cet investissement se présente ?

Dans la pratique, les promoteurs qui proposent ce type d’investissement recueillent les fonds fournis par des investisseurs particuliers afin de financer des plantations avec une promesse de rendements annuels très élevés (de 10 à 20%). Les investisseurs reçoivent des parts du terrain ou un certain nombre d’arbres que l’établissement détient. Plus tard, lorsque les différents produits issus de la plantation sont vendus, les investisseurs devraient encaisser leur investissement initial plus la rémunération promise par l’établissement promoteur.

Le bois d’agar, une forme de pyramide de Ponzi ?

IFW Global (une société spécialisée dans la lutte contre la fraude et le recouvrement) a mené une enquête, après avoir reçu de nombreuses plaintes émises par des investisseurs victimes de ce type de placement. Il en ressort que ce type d’investissement se prête particulièrement bien à une pyramide de Ponzi car les durées d’investissements sont longues et l’investisseur n’a aucun moyen de se rendre compte du problème pendant les premières années.

Voici les principaux résultats de cette enquête :
  ⁃  Des promesses de rendements trop élevés et largement supérieurs à ce qui serait considéré comme possible dans le milieu de la foresterie et de l’agroforesterie
  ⁃  Une rémunération des intermédiaires trop généreuse (entre 12.5 et 20% en fonction des volumes de vente du commercial). Ce commissionnement crée de facto un conflit d’intérêt énorme pour le “conseiller” proposant ce type d’investissement.
  ⁃  Des clauses qui se veulent rassurantes mais qui ne prouvent rien : par exemple la visite de la plantation. En réalité, le même arbre pouvant être montré plusieurs fois à de nombreux investisseurs, une visite sur place ne garantit en rien la solidité du système. Et il est difficile de voir une différence entre une forêt de 100,000 et une forêt de 500,000 arbres.
  ⁃  Une offre de rachat anticipée à une année donnée, mais qui ne sera jamais utilisée car le commercial montrera un relevé affichant une valeur papier bien supérieure à ladite valeur de rachat. Rendant un rachat anticipé peu attractif (sur le papier).

Le cas Touchwood

En 2001, la société Touchwood une société cotée au Sri Lanka, a lancé une campagne marketing agressive sur toute l’Asie. Cette société était spécialisée dans l’agroforesterie et particulièrement dans la plantation en Asie du Sud de bois d’Agar (Aquilaria). Pendant plus d’une dizaine d’années tout semblait aller pour le mieux et l’effectif de la société grossit rapidement pour atteindre plusieurs milliers de commerciaux quelques années plus tard. La rémunération des commerciaux était si généreuse qu’elle attira rapidement de nombreux vendeurs sans connaissances financières, mais avides de commission.

De nombreux investisseurs étaient séduits par l’argument fallacieux que la société étant inscrite en bourse, le risque était nul. En effet, les exploitants devaient publier périodiquement des comptes audités qui semblaient étayer les propos des plaquettes promotionnelles. Par ailleurs, le système comptable étant soumis aux règles IFRS (International Financial Reporting Standards), bon nombre d’investisseurs européens se sentaient rassurés.

Malheureusement, les promesses de ce placement étaient basées sur des valorisations mensongères et invérifiables. En juillet 2014, la société à déposé le bilan laissant sur la touche des milliers d’investisseurs. Certains investisseurs professionnels (le fonds Aequus Agarwood par exemple) sont encore à ce jour en procès avec les liquidateurs judiciaires de Touchwood. La majorité des investisseurs particuliers ont quant à eux juste fait une croix sur leurs investissements.

Aujourd’hui, de nombreux programmes similaires sont proposés en Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Vietnam, et Chine et il est fortement recommandé de vous adresser à un expert certifié avant d’y investir quelque somme que ce soit. La prudence est toujours de mise et l’histoire a souvent tendance à se répéter.

Liens externes sur le sujet 

1. https://www.straitstimes.com/business/investors-cry-foul-over-tree-investments-gone-wrong
2. https://www.echelon.lk/touchwoods-timber-tricks/
3. http://jestforkicks.blogspot.com/2013/09/touchwood-sri-lankas-listed-ponzi_29.html
4. http://aequusagarwood.com/
5. https://blog.ifwglobal.com/blog/ifw-global-investigates-plantation-scam
6. https://srilankaequity.forumotion.com/t3965p380-touchwood-case-review
7. http://www.andrew-drummond.news/investors-who-put-money-in-incense-see/

Attention : En cliquant sur ces liens, vous sortez du Blog du Patrimoine. Ces sites n’étant ni affiliés ni gérés par Richelieu International, nous ne saurions être responsable de la mise-à-jour de leurs contenus.

Non résident, vous possédez des investissements en agroforesterie ? N’hésitez pas à nous contacter afin d’avoir un regard indépendant sur vos investissements. Ensemble nous évaluerons toutes les options qui s’offrent à vous et nous pourrons répondre à toutes les questions que vous auriez sur vos placements. Demandez dès aujourd’hui un bilan patrimonial. C’est gratuit et sans engagement.

Article similaire : Arnaque : L’Affaire Aristophil : Plus de 18 000 épargnants escroqués

Plus de postes

Plus de postes