L’Affaire Aristophil : Plus de 18 000 épargnants escroqués

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partagez sur linkedin
Partagez sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partagez sur linkedin
Partagez sur pinterest

Le gérant d’Aristophil est accusé d’avoir surestimé la valeur des manuscrits anciens proposés à des particuliers afin de les pousser à investir leur épargne. Découvrez les détails de cette fraude financière d’une valeur de 1.2 milliard d’euros.

Un zoom sur une arnaque financière singulière

Aristophil, créée en 1990, était une société spécialisée dans l’acquisition et la vente de manuscrits et de livres anciens. Son fondateur, a appliqué le principe de « la pyramide de Ponzi », un système classique d’escroquerie financière qui promet des profits élevés au début mais qui immanquablement se solde par une perte de tous les investisseurs. L’arnaque consiste à promettre des gains attractifs aux épargnants (une promesse de 40 % minimum sur 5 ans dans le cadre de l’affaire Aristophil), mais au final, de n’utiliser qu’une partie des fonds pour l’investissement réel et d’utiliser le reste pour rémunérer les premiers investisseurs et les organisateurs de l’escroquerie. Immanquablement, à un moment les fonds entrants ne sont plus suffisant et la pyramide s’écroule.

En mars 2015, après une intervention de la cellule anti-blanchiment de Bercy et une enquête préliminaire du parquet de Paris, son gérant ainsi que plusieurs complices présumés sont mis en examen pour escroquerie en bande organisée et pratique commerciale trompeuse. Puis, en septembre 2015, la société Aristophil est placée en liquidation judiciaire.

Lorsque les pièces de la collection Aristophil ont été vendues aux enchères, elles n’ont rapporté qu’une infime portion de la valeur d’estimation de ces œuvres. Plusieurs milliers d’épargnants sont alors victimes de cette arnaque et ont dû subir des pertes lourdes.

Plusieurs plaintes déboutées et un remboursement partiel

Bien qu’une partie des épargnants ait pu récupérer une portion des fonds investis, les pertes sont estimées aux alentours des 80 % à cause de la surévaluation des pièces présentées par Aristophil. Il est donc primordial de bien se faire conseiller avant tout investissement et les manuscrits anciens n’y font pas exceptions. Plusieurs signaux d’alarme étaient là : des actifs non liquides, un dépositaire non indépendant, des antécédents sulfureux, un manque de supervision, des incitations financières allant l’encontre du devoir fiduciaire etc. Des signes avant-coureurs qu’un conseiller en gestion patrimoniale indépendant aurait relevé directement.

Non résident, vous possédez des investissements atypiques ? N’hésitez pas à faire appel à un professionnel afin d’avoir un regard extérieur sur vos investissements existants. Ensemble nous évaluerons toutes les options qui s’offrent à vous et pourrons répondre à toutes les questions que vous auriez sur vos investissements présents et leurs traitements fiscaux, durant et après votre expatriation. Demandez dès aujourd’hui un bilan patrimonial gratuit et sans engagement.

Article similaire : Arnaque : Décrypter les pyramides de Ponzi

Plus de postes

Plus de postes